Buea : La ville apeurée qui accueille le premier ministre

À lire aussi

Au Petit marché de Muéa en périphérie de Buea, un air de sérénité, mais il faut échanger avec les riverains pour s’expliquer cette quiétude apparente. C’est la peur des incursions séparatistes qui impose ce silence

Imposées par les Groupes armés,  les villes mortes sont respectées à Muéa et ses environs y compris  des jours en dehors du traditionnel lundi. L’on redoute aussi des attaques des sécessionnistes. 

Voilà qui fait dire à certains habitants que le grand dialogue national n’a pas eu d’impact décisif sur le cours de la crise. Le cas de ce boutiquier de Molyko  qui rappelle que les drames de Kumba et Ngarbuh sont survenus après ce conclave

A Muéa, quelques téméraires ont installé leurs marchandises ça et là, mais l’essentiel des commerces sont clos. Le maire de Buea, David MAFANY NAMANGE révèle par exemple que les recettes municipales ont chuté de 2 milliards 500 mille Francs autrefois à 1 milliard à peine aujourd’hui.

A Buea,  les quartiers périphériques tournent au ralenti, y compris dans le transport urbain. Seuls les centres administratifs comme Clarks Quater et ses environs vivent une certaine effervescence.

 Le chef-lieu de la région du Sud-ouest qui a vu un renforcement de la sécurité au moment où  le Chef du gouvernement s’y déplace. Deux ans après le grand dialogue national,  Joseph DION NGUTE vient évaluer la mise en œuvre des recommandations de la grande conférence nationale organisée vers la fin de l’année 2019 à Yaoundé.

Brice Ewodo

- Advertisement -spot_img
- Advertisement -spot_img

Articles récents