Cameroun – Concours administratifs 2023 : lumière sur  la répartition des places

À lire aussi

Chiffres,  frais d’inscriptions, dématérialisation et la simplification des procédures ainsi que  d’autres zone d’ombres ont fait l’objet de la communication gouvernementale que donnait Joseph Le,  le ministre de la fonction publique et de la réforme administrative, le 21 juin 2023 à Yaoundé.

Dans son processus d’implémentation de la Stratégie Nationale de Développement 2020-2030(SND30), le Cameroun entend disposer d’une main d’ouvre tant sur le plan qualitatif que quantitatif. Dans le but de prendre en compte les besoins spécifiques en personnels exprimés par les administrations et au regard de leurs cadres organiques en adéquation parfaite avec la politique mise en place en faveur de l’emploi jeune, le ministre de la fonction publique et de la reforme administratifs a signé le 12 juin 2023, 48 Arrêtés portant ouverture de divers concours dont les spécificités viennent d’être présentées aux hommes et femmes de médias.

Il s’agit d’un plan portant sur un effectif total de 2685 places, dont 2235 pour les nouveaux et 450 pour les concours professionnels. S’agissant des nouveaux recrutements, Joseph Le a annoncé la mise à disposition,  de 2135 places pour le recrutement classiques comprenant :  1 210 places pour les concours directs ; 300  pour les concours de formation hors ENAM ; 275  pour le recrutement des élèves fonctionnaires dans les filières classiques de l’ENAM ; 60  pour le recrutement spécial des Auditeurs de Justice et Greffiers pour la section Common Law à l’ENAM et  290 pour ce qui  concerne  le recrutement des Agents de l’État relevant du code du travail par voie de test de sélection. Des chiffres auxquels se greffent 100 places pour le recrutement spécial des Traducteurs et Traducteurs Principaux.

Si ces chiffres de cette session sont déjà on ne peut plus encourageant,  pour un pays émergeant victime   des affres de la crise sécuritaire dans le nord-Ouest et le Sud-Ouest,  ainsi que l’impact négatif de la crise russo-ukrainienne, il convient de souligner qu’ils enregistrent certaines particularités notamment, l’augmentation du nombre de places, la présence des concours directs  et   le retour des concours professionnels gelés depuis 2019 ; lesquels  viennent donner la possibilité aux fonctionnaires déjà en activités d’évoluer dans leurs carrières.

Selon Joseph Le, cette catégorie ne concerne que les concours professionnels visant le changement de cadre à l’exception du corps de l’administration Générale.  Il s’agit concrètement des fonctionnaires de la catégorie B2 désirant  passer en A1; ceux de la catégorie C postulant   en B1 et ceux de la catégorie D qui voudraient passer en à la catégorie C.                

 Une augmentation des frais d’inscriptions   

Partant de  15 000 FCFA à 25 000 FCFA pour les concours des catégories A et B, et de 15 000 FCFA à 20 000 FCFA pour les concours des catégories C et D, les frais d’inscriptions connaissent une augmentation conformément à l’article 28 de la loi n° 2022/022,  portant loi des finances de l’exercice en cours et procède  des nouvelles mesures d’optimisation des recettes non fiscales, telles que décrites dans la Circulaire du Ministre des Finances, relatives à l’exécution des lois des finances, au suivi et contrôle de l’exécution du budget de l’État et des autres entités publiques pour l’exercice 2023.

Selon le minfopra, il est question pour son département ministériel «     de contribuer au financement du budget de l’Etat comme les autres administrations, à travers les recettes non fiscales ». Des précisions apportées avec   toutes les  informations nécessaires,  pour garantir un déroulement qualitatif et sans actes de corruption,  de la session 2023 des concours administratifs.

Oscar Abessolo

- Advertisement -spot_img
- Advertisement -spot_img

Articles récents