Cameroun – Engagements  climatiques : Les activistes africains promettent la résistance aux dirigeants qui vantent les mérites du pétrole et du gaz.

À lire aussi

 Des militants pour le climat d’Afrique subsaharienne se sont réunis le 16 novembre à Sharm el-Sheikh,  pour répondre à la ruée vers les combustibles fossiles des dirigeants africains à la COP27.

Les dirigeants africains ont utilisé la COP27 – « la COP africaine » – pour saper les objectifs de l’Accord de Paris en poussant à la conclusion de nouveaux accords sur les combustibles fossiles au détriment des populations et du continent.  Au-delà de l’expression de demandes collectives concernant un accord sur un mécanisme de financement dédié aux pertes et dommages dans le cadre de la CCNUCC lors de la COP27 et de la demande aux nations les plus riches de respecter leurs engagements climatiques en matière d’adaptation et d’atténuation, les délégations africaines ont profité de la conférence pour se rallier à la nouvelle ruée vers le pétrole et le gaz sur le continent.

Les organisations de la société civile et les militants internationaux, panafricains et nationaux sont consternés par la menace d’étouffer les communautés et les économies dans une production accrue de pétrole et de gaz pour les décennies à venir. Les actions des dirigeants africains vont à l’encontre des avertissements du Groupe d’experts intergouvernemental sur l’évolution du climat (GIEC), selon lequel les infrastructures de combustibles fossiles existantes sont déjà suffisantes pour dépasser la limite de 1,5°C, et de l’Agence internationale de l’énergie (AIE), selon laquelle aucun nouveau gisement de pétrole et de gaz dont l’exploitation a été approuvée n’est compatible avec la trajectoire vers 1,5°C.

Pour parvenir à un résultat significatif en Égypte, les délégués doivent écouter les populations africaines – et non le secteur des combustibles fossiles – et s’engager collectivement à éliminer progressivement tous les combustibles fossiles, refléter cet engagement dans la décision relative à la couverture et accepter la création d’un mécanisme de financement des pertes et dommages.

Avant la clôture officielle des négociations sur le climat à Sharm el-Sheikh, des militants africains ont pris la parole lors d’une conférence de presse pour affirmer leur résistance concertée à la poursuite de l’expansion des combustibles fossiles sur le continent :

Barbra Kangwana, militante kenyane de Safe Lamu et du climat :

« En 2019, le gouvernement kényan a proposé la construction d’une centrale au charbon à Lamu, un site classé au patrimoine mondial de l’UNESCO, au nom de l’augmentation de l’approvisionnement national en électricité. Essayer d’appréhender les dommages qui seraient arrivés à la petite ville côtière nous a laissés inquiets. Les habitants ont reçu le faux espoir de trouver un emploi à la centrale. La vérité flagrante est que vous ne pouvez pas prétendre nourrir une population que vous tuez à petit feu. Nous avons élevé la voix, fait du lobbying, signé des pétitions, intenté des procès, et finalement le peuple a gagné. C’est un cas évident de systèmes défaillants – quand les systèmes échouent, le peuple se soulève. »

Patience Nabukalu, militante ougandaise de Stop EACOP et de Fridays for Future :

« EACOP, le projet franco-chinois d’oléoduc de pétrole brut en Afrique de l’Est est un exemple clair d’exploitation coloniale en Afrique et dans tous les pays du Sud, avec 1444 km allant de l’Ouganda à la Tanzanie – il deviendrait le plus long oléoduc chauffé du monde, libérant 34 millions de tonnes métriques d’émissions de CO2 par an, accélérant  substantiellement  la rupture climatique. »

« EACOP ne va pas développer notre pays : les populations ont été dépouillées de leurs terres, laissant de nombreux appauvris et  sans-abri, des écosystèmes dans un état critique  et la biodiversité comme le lac Victoria, les rivières, les parcs nationaux, les animaux et les oiseaux, ainsi que la vie aquatique en danger de marée noire »

« Nous gardons espoir et restons vigilants alors que des banques et des assureurs comme Standard Bank, Deutsche Bank et Lloyds ont retiré leur soutien à EACOP. Nous continuerons de résister jusqu’à ce que toutes les personnes impliquées l’abandonnent complètement. Nous résistons pour notre peuple, sa terre et son patrimoine. »

Mbong Akiy, responsable de la communication de Greenpeace Afrique :

« L’industrie des combustibles fossiles a dégradé nos peuples, nos terres, nos océans et notre air. Trop c’est trop. Peu importe le nombre d’accords qu’ils signent, le nombre de pots-de-vin qu’ils versent, ou les costumes fantaisistes qu’ils portent : nous les attendons dans nos communautés, nous les attendons sur les lignes de front. Nous ne nous arrêterons pas tant que nous n’aurons pas assisté à une transition complète vers des énergies propres et renouvelables, qui

permettront à des millions d’Africains de sortir de la pauvreté énergétique. Nos terres ne seront pas un terrain de jeu pour les pollueurs cupides qui cherchent à gagner des milliards à nos dépens. En Afrique du Sud, nous avons gagné contre les grandes compagnies pétrolières, nous avons renvoyé Shell, et nous les renverrons tous  à leur tour ».

Dean Bhekumuzi Bhebhe, responsable de campagne chez Powershift Africa :

« La nouvelle ruée vers le gaz est une excuse élaborée alimentée par un dangereux rêve capitaliste-utopique qui cherche à justifier l’utilisation continue des combustibles fossiles en Afrique. La production de gaz fossile ne contribue absolument pas à résoudre l’urgence climatique du continent et, si elle est adoptée, elle empêchera l’Afrique de faire un bond en avant vers un avenir énergétique propre et renouvelable. Nous nous engageons à continuer à faire pression pour l’Afrique que nous voulons au-delà de la COP27 ».

Kentebe Ebiaridor, militant des droits environnementaux et du delta du Niger :

« Le gaz de Fossi doit être laissé dans le sol et le financement climatique doit être utilisé pour le bien public par le biais d’une énergie décentralisée détenue et contrôlée par les communautés. Nous avons vu la dévastation que le pétrole a causé à notre peuple dans le delta du Niger et nous sommes heureux qu’ils gagnent maintenant devant les tribunaux pour obtenir des réparations. L’industrie des combustibles fossiles doit comprendre que ces communautés ne s’arrêteront pas. Pour chaque destruction qu’elles causent, elles paieront ».

Bonaventure Bondo, coordinateur du Mouvement des jeunes pour la protection de l’environnement en RDC.

« Nous attendons de la COP27 des actions concrètes et urgentes en matière de climat. Pour notre bien-être et celui de notre planète, nous exigeons que le gouvernement congolais mette fin au sacrifice de nos forêts et tourbières pour le forage pétrolier ».

Source : Communication Greenpeace 

- Advertisement -spot_img
- Advertisement -spot_img

Articles récents