Cameroun : L’Ambassadeur de l’Union européenne rencontre les autorités, les jeunes et les partenaires des projets de l’UE dans les Régions de l’Ouest et du Nord-Ouest.

À lire aussi

Arrivé à Bamenda, chef-lieu de la Région du Nord-Ouest, en fin de matinée du vendredi 26 avril 2024  pour une visite de travail, Jean-Marc Châtaigner, le chef de délégation de l’Union européenne, a rendu une visite de courtoisie aux autorités administratives et militaires avant de se rendre dans les locaux de GIZ + UNFPA pour une séance de travail.

A cette occasion, la GIZ a présenté un projet qui démarrera officiellement au début du mois de juillet prochain avec l’organisation du premier comité de pilotage. Il s’agit d’un projet d’appui à la société civile au Cameroun et à sa contribution à l’égalité de genre, à la paix et à la cohésion sociale. Le projet a techniquement démarré le 1er mars 2024. 

Pendant la même séance de travail, l’UNFPA a fait une présentation du contexte autour de la problématique VBG et des différents programmes mises en œuvre. 

Les objectifs spécifiques du projet sont les suivants :

-Améliorer l’espace civique ainsi que le cadre légal et institutionnel qui régit le fonctionnement des organisations de femmes, des défenseur(e)s des droits des femmes, et des organisations de la société́ civile camerounaise fondées sur les droits ;

-Affermir la contribution des organisations de femmes, des défenseur(e)s des droits des femmes, et des organisations de la société́ civile en général aux efforts multipartenaires de protection des populations déplacées, ainsi que de résilience, cohésion sociale et dialogue pour la paix dans les communautés affectées par la crise dans les régions du Nord-Ouest et Sud-Ouest, y compris les régions voisines d’accueil de populations déplacées ;

-Mobiliser les organisations des femmes et des défenseur(e)s de droits de femmes, et des organisations de la société́ civile en général en faveur de la protection des droits des femmes et des filles, notamment en appui à l’attention et autonomisation des personnes survivantes de violences basées sur le genre dans les communautés affectées par la crise dans les régions du Nord-Ouest et Sud-Ouest, y compris les régions voisines d’accueil de populations déplacées.

Les résultats attendus de ce projet sont :

-Renforcement des capacités techniques et thématiques des OSC – y compris les OSC de femmes, notamment quant à la structuration des réseaux et plateformes, 

Une participation des OSC – y compris les OSC de femmes- au dialogue de politiques publiques au niveau national et local accrue ; 

-Une participation et un leadership des femmes davantage promus dans le cadre de la société́ civile ; 

-Des actions en faveur de la mise en œuvre effective de la RCSNU 1325 ; 

-La contribution de la société́ civile aux actions locales multi-acteurs de cohésion sociale, médiation, prévention, gestion et résolution de conflits;

-Une meilleure résilience des communautés affectées par la crise dans les régions du Nord-Ouest ;

-Un renforcement des actions des OSC des femmes et défenseur(e)s de droits de femmes en faveur de la lutte contre la discrimination et contre les violences basées sur le genre.

Ailleurs, précisément en la salle de conférence de l’immeuble siège du Conseil régional, l’Ambassadeur Châtaigner et sa suite ont échangé avec des centaines de jeunes à l’initiative de la Youth sounding board Cameroun.

Au Cameroun, la population jeune comprise entre 15 et 35 ans, est confrontée à des difficultés grandissantes en termes d’accès aux services sociaux de base, exposés aux conflits, à l’extrémisme violent mais également aux violations de droits, aux violences basées sur le genre et bénéficiant de possibilités limitées pour faire entendre leurs voix sur la sphère publique.

 Chaque année, environ 400 000 jeunes entrent sur le marché du travail, dont seulement une petite minorité trouvera un emploi formel décent. Conscients du rôle de la jeunesse dans la construction du monde de demain et afin d’aider les jeunes à faire face à ces défis, la Commission européenne et le Haut représentant de l’Union européenne pour les affaires extérieures ont adopté le 4 octobre 2022 un plan d’action pour la jeunesse dans l’action extérieure de l’UE. Ce plan couvre la période 2022-2027. Il s’agit du tout premier cadre d’action pour un partenariat stratégique avec les jeunes en vue de construire un avenir plus résilient, plus inclusif et plus durable.

Ce plan vise à renforcer l’autonomisation et la participation effectives des jeunes dans les politiques extérieures de l’UE. Son objectif en donnant aux enfants et aux jeunes les outils et les possibilités dont ils ont besoin pour se réaliser pleinement, est en effet de placer les jeunes au centre de l’action extérieure de l’UE pour le développement durable, l’égalité et la paix et de leur donner réellement voix au chapitre pour concevoir des solutions pour un avenir meilleur.

Au Cameroun, un plan d’action jeunesse a été mis sur pied et un Youth Sounding Board composé par 25 jeunes Camerounais a été lancé. Ces initiatives adoptées en Team Europe viennent compléter celles mises en place par le Gouvernement camerounais, notamment le MINJEC mais aussi par le Conseil national de la jeunesse, et sont élaborées en cohérence avec les actions proposées dans le Plan d’action national en faveur de la jeunesse 2015-2020.

Avant de se rendre à Bamenda, le Chef de délégation de l’UE a échangé la veille à Bafoussam chef-lieu de la Région de l’Ouest, avec les bénéficiaires des projets soutenus par l’Union européenne dans le cadre de l’APDEL qui est une association dont l’objectif est de promouvoir le développement à la base à travers l’insertion socio-économique, etc.

« Nous avons discuté de notre travail, de l’impact généré par nos activités, et des perspectives de changement pour nos communautés » a expliqué Brice Nguevou coordonnateur de l’APDEL.

Martin Etalobe

- Advertisement -spot_img
- Advertisement -spot_img

Articles récents