Cameroun – Les concours administratifs 2022 : La dispense d’âge, un atout  pour les personnes vulnérables

À lire aussi

Les  avantages et les atouts de cette catégorie de personnes ont été présentés lors du point de presse que donnait le ministre de la fonction publique et de la réforme administrative  Joseph Le, le 11 aout 2022 à Yaoundé.

Les récents mouvements d’humeur des personnes mal voyantes  à l’immeuble abritant les services du premier ministre, ne sont pas restés sans effet. C’est du moins ce que l’on peut dire, à l’issue de la conférence de presse, relative au lancement des concours administratifs pour le compte de l’exercice 2022. Face aux hommes de médias, le Ministre de la fonction publique et de la réforme administrative a présenté, les différentes procédures  dont bénéficient les personnes vulnérables dans ces différents concours.

Avec un total de 3838 places disponibles, les concours administratifs  de cette année donnent la possibilité à cette tranche de personnes,  de postuler à toutes les catégories disponibles,  à condition qu’elles remplissent des critères qui leurs sont  plutôt favorables. Comme tous les autres candidats, les handicapés peuvent déposer les dossiers physiques auprès des 10 délégations régionales de la fonction publique, ou, soumettre les dossiers de candidature directement en ligne à l’adresse https//concoursonline.minfopra.gov.com .

Une dispense d’âge favorable

Bénéficiant en effet,  de  l’arrêté n° 040/PM fixant,  les modalités d’octroi de la dispense d’âge aux personnes handicapées lors,   des concours administratifs et des recrutements dans la Fonction Publique de l’État, les personnes vulnérables, ont désormais la faveur d’un plafond de cinq ans au maximum, au-dessus de la limite d’âge,  prévue pour chaque concours. 

 Dans le but de faciliter la mise en œuvre de cette mesure, les fiches de candidature pour l’inscription aux différents concours,  comportent des mentions relatives à la situation de handicap ou non du candidat. Il est notamment demandé aux candidats justifiant d’une carte d’identité, de porter les informations relatives à la condition de personne handicapée, en écrivant oui dans la case y dédiée, la nature du handicap,  le taux d’invalidité et   le numéro d’invalidité.

Selon joseph Le,  « la personne handicapée admise à un concours administratif ou recrutée sur la base d’une dispense d’âge, bénéficiera à nouveau de celle-ci lors de son intégration dans le corps du concours postulé ».  Une particularité, si l’on s’en tient au cas des  personnes jugées valides  qui,  ne peuvent  exceptionnellement,  bénéficier d’une dispense d’âge qu’au moment de leur intégration, conformément au Statut Général de la Fonction Publique de l’État. C’est à juste titre,  que  le minfopra, a affirmé   que « la dispense d’âge doit être considérée comme une mesure préférentielle au bénéfice des personnes présentant un handicap ». 

Seulement, pour bénéficier de celle-ci, la personne handicapée doit, au sens de l’arrêté du premier ministre sus évoqué,  justifier d’une formation professionnelle, scolaire ou universitaire correspondant au concours postulé ; disposer d’une Carte Nationale d’Invalidité signée par l’autorité compétente ; s’assurer de la compatibilité du poste ou de l’emploi postulé avec la nature de son handicap.          

Cette  communication a également permis au minfopra de rassurer les personnes vivant avec un  handicap,  quant à  l’authentification des cartes d’invalidité exhibées par les postulants. Une carte en faveur  de  laquelle il souligne la tenue des travaux en cours avec le  Ministère des Affaires Sociales. Par ailleurs, Joseph Le,  a invité ceux qui ne remplissent plus des conditions d’âge, à saisir cette opportunité unique, offerte par le Chef de l’Etat qui milite prioritairement,  en faveur la promotion et la protection des couches sociales vulnérables.

Oscar Abessolo

- Advertisement -spot_img
- Advertisement -spot_img

Articles récents