Cameroun – Lutte contre  la pauvreté et la faim : L’initiative Main dans la Main officiellement lancée

À lire aussi


Présidé par le ministre de l’agriculture et du développement rural Gabriel MbaiRobe, l’atelier de lancement s’est tenu le 28 décembre 2022 à Yaoundé.

En conformité avec les objectifs de Développement Durable 1 et 2, relatifs à l’éradication de la pauvreté et de la famine dans le monde,  le Cameroun et l’Organisation des Nations Unies pour l’Alimentation (FAO), ne cessent d’unir leurs forces. C’est tout logiquement qu’ils avaient parachevé, le 27 septembre 2022,  la   signature d’un document de programme de coopération technique, relatif à la mise en en place de l’initiative « main dans la main » au pays des lions indomptables. Ledit document unissait les deux parties autour d’un projet dont la mise en œuvre devait suivre des étapes précises, à l’instar de l’atelier de lancement du TCP CMR/3805  qui vient de se tenir à  Yaoundé.

En présence de personnalités  de plusieurs facture, cet atelier a permis au ministre de l’agriculture et à Abdel Rahmane Diop, le Représentant a.i de la FAO au Cameroun,  de parapher le document de projet portant sur l’appui à la mise en place de l’initiative « main dans la main »,  qui a pour objectifs d’accélérer la transformation structurelle de l’agriculture et le développement rural,  tout en contribuant comme catalyseur à la réalisation des autres objectifs de développements durables.

En effet,  l’initiative vise à  transformer  les systèmes agroalimentaires basés  sur le marché pour augmenter les revenus, améliorer la nutrition, autonomiser les populations pauvres et vulnérables, et renforcer la résilience au changement climatique.  S’inscrivant dans les domaines prioritaires du cadre de programmation pays au Cameroun pour la période 2022-2026, ce projet priorise l’amélioration durable de la productivité et des chaines de valeurs agropastorales et halieutiques, ainsi que le renforcement de la résilience des populations face aux chocs environnementaux, socio-économiques et amélioration de la nutrition.

Par ailleurs, l’initiative est un atout pour la mise en œuvre de la politique gouvernementale d’import substitution. Selon Gabriel Mbairobe, les denrées comme le riz seront  net essor «  la FAO va nous assister sur le plan technique mais aussi,  dans la mobilisation des ressources, des partenaires techniques et privés pour pouvoir développer toutes les potentialités du Cameroun en matière de production de riz. Le Cameroun s’est fixé pour objectif de produire 750 000 tonnes de riz à l’horizon 2030, non seulement pour assurer les besoins nationaux mais également pour être un exportateur de riz au niveau de la sous-région » indique le minader.

Pour Abdel Rahmane Diop, le projet permettra de saisir de nouvelles opportunités induites par l’entrée en vigueur de la zone de libre-échange continental. << Il se propose d’apporter une nouvelle approche pour accompagner le processus de planification sectorielle et des investissements prioritaires, en lien avec la sécurité alimentaire », a souligné  le Représentant résident par intérim de la FAO au Cameroun,

En clair l’initiative  accompagnera le processus de planification sectorielle ou des  investissements prioritaires en lien avec la sécurité alimentaire, la résilience face aux changements  climatiques et la création de richesses à travers notamment la conduite d’études  spécifique  telles que la typologie agricole /cartographie des systèmes alimentaires au niveau  national, en identifiant les opportunités au niveau régional, les goulots d’étranglement et les déficits d’investissement.

Oscar Abessolo 

- Advertisement -spot_img
- Advertisement -spot_img

Articles récents