Cameroun –  Lutte contre le VIH : Le Cameroun et le ONU-SIDA accentuent la sensibilisation pour la prévention.

À lire aussi

La voix du pays des lions indomptables a été portée par le ministre de la santé publique, Malachie Manaouda au cours des activités marquant la commémoration de la 35 ème journée dédiée à ce combat. C’était le 1er décembre 2022 à Yaoundé.

Si l’actualité sanitaire de ces 3  dernières années  a été dominée par la pandémie de Coronavirus, il n’en demeure pas moins que le VIH-SIDA reste un danger permanant. Bien que   de mieux en mieux  maitrisée, ce dernier garde le fatidique record  du  virus le plus meurtrier du 20é siècle et  continue de faire des victimes en Afrique en général et au Cameroun en particulier.  Selon le rapport annuel 2021 du Comité National de Lutte contre le SIDA(CNLS), le pays regorge  499 330 personnes vivant avec la maladie. Des chiffres en nette   augmentation par rapport à celui de 2020 qui affichait 496 506. 

C’est tout logiquement que le gouvernement Camerounais en collaboration avec ONU-SIDA, entend garder les populations en éveille  en accentuant la sensibilisation pour la prévention à l’infection.

Présidée par le Ministre de la Santé Publique en présence de plusieurs membres du Gouvernement, cette 35è commémoration coïncidait   avec la clôture de la 7ème édition du mois camerounais de lutte contre le VIH-Sida, qui a permis aux différentes parties prenantes d’organiser pendant plus d’un mois,  des ateliers de sensibilisation, de formation du personnel du service VIH, des campagnes de dépistage, des marches sportives, la distribution des préservatifs masculins et féminins, des plaidoyers auprès des responsables des services centraux etc.

Faisant le constat selon lequel, 388 358 personnes ont eu accès aux antirétroviraux en 2021, le ministre de la santé n’a pas manqué d’être attristé face au 12 604 décès enregistrés au cours de cette même année. Le constant a été d’autant plus amère tant les chiffres font état de  332 354 femmes infectées   pour 19 081 femmes  enceintes séropositives en 2021.

«Nous devront œuvrer pour l’égalité » _ souligne le représentant pays de l’ONU-SIDA, qui a révèle  qu’en Afrique, les jeunes dames sont les plus touchées alors que les services dédiés aux VIH/Sida restent faibles, de l’ordre de 40%. Une réalité qu’il s’explique par le fait que  seulement  1/3 de cette population à accès à la prévention.

 Les témoignages des personnes vivants avec le VIH et ceux des responsables des réseaux d’associations chargés de leur encadrement ont permis de se rendre à l’évidence des efforts colossaux déployés par le Gouvernement et ses partenaires dans la lutte contre cette pandémie.

Pour le Dr. MANAOUDA Malachie, les inégalités qui perpétuent la pandémie ne sont et ne doivent pas être une fatalité.   Le minsanté    a invité tous les membres de la communauté à ses mobiliser pour réaliser les défis de la généralisation de l’offre de service, la lutte contre les discriminations, l’accroissement du dépistage de prévention, entre autres afin de concourir ardemment à l’élimination du Sida en 2030.

Malachie Manaouda  indique également  que pour mener à bien toutes les actions de lutte contre la pandémie, il faut mobiliser beaucoup de ressources financières. Ce qui justifie la main tendue aux acteurs économiques pour la promotion de la Santé et la sécurité au travail. Il va, en guise de conclusion, réitéré l’engagement du gouvernement de la République à continuer d’investir dans le cadre de la prévention de la maladie et de renforcer ses contributions pour la subvention aux traitements.

Oscar Abessolo

- Advertisement -spot_img
- Advertisement -spot_img

Articles récents