Cameroun – Passation des marchés : Les entreprises publiques s’approprient les règles applicables

À lire aussi

Personnels, présidents, membres et secrétaires des CIPM, prennent part à la série d’activités y afférente dont le lancement a été effectuée, le 16 août 2022  par le Directeur Général de l’ARMP Joseph Ngo.

Améliorer la qualité de la dépense publique et le renforcement du système statistique, tel est la dynamique dans laquelle s’inscrit le gouvernement camerounais à l’aune de l’implémentation de Stratégie Nationale de Développement 2020-2030(SND30) . Quelques mois seulement après la tenue des ateliers nationaux de vulgarisation et d’appropriation du nouveau cadre normatif du système des marchés, organisés en faveur des  responsables issus des services centraux des ministères et les établissements publics, l’heure est désormais à l’appropriation des règles applicables au niveau des entreprises publiques.

C’est  l’enceinte de l’amphi 300  du ministère de l’économe de la planification et de l’aménagement du territoire, qui a abrité  les travaux de cet atelier.  Première partie, d’une activité à  deux étapes,  cet atelier, rassemblait 27 entreprises venues des régions du centre, du Nord et celle du Sud.  Il visait principalement, a permettre aux acteurs intervenant dans le processus de passation et d’exécution des marchés, de s’approprier et de maîtriser les innovations majeures des règles communes qui leurs sont applicables.

Concrètement, il était question pour eux, de renforcer leurs capacités opérationnelles,   s’équiper en  contenu des nouvelles règles communes, maîtriser les rôles de chacun des intervenants du système et faciliter la compréhension de concepts, types de marchés ainsi que les procédures nouvellement consacrés par la réforme.

En outre, l’atelier devait permettre aux acteurs d’harmoniser la compréhension des disposition et procédures du nouvel dispositif réglementaires tout en  maîtrisant  les procédures de passation, de suivi et de contrôle de l’exécution, de régulation et de gouvernance des marchés des entreprises publiques.

En clair, il s’agissait,  d’une remise à niveau qui permettra de garantir une harmonisation des concepts en vue d’une application efficace et une maîtrise des procédures nouvelles par les intervenants.

Représentant le ministre des marchés publics à l’ouverture de ces travaux, le Directeur Général  de l’ARMP (agence de régulation des marchés publics), A souligné  que la tenue de ses travaux est  justifié  par le manque de maîtrise et d’interprétation approximative des textes relative au décret y afférant : «  cet atelier participera au bon fonctionnement des marchés , ce qui débouchera sur une meilleure maitrise des délais et de la qualité de la dépense » affirme Joseph Ngo. Il renchérit en invitant  les participants à profiter de cette opportunité pour nouer des contacts et poser des questions susceptibles d’améliorer les systèmes de passation des marchés publics.

Pour Guy Ronel GUEMALEU,   Coordonnateur du PEPS (Programme d’Amélioration de l’Efficacité de la Dépense Publique et du Système Statistique), il s’agit de tout mettre en œuvre afin de réduire non seulement,  les dépenses mais aussi, les délais de passation des marchés publics. «  Les délais de passation au niveau des entreprises publiques sont un peu longs ; on est actuellement au tour de 155 jours pour les procédures qui ne passent pas au niveau du Minmap et 255 jours pour celles qui passent par là.  Le Peps voudrait les réduire respectivement   à 90 et  190 jours »,  a-t-il  indiqué. Si les statistiques autour du cas particulier des marchés des entreprises publiques restent  à désirer, Guy Guemaleu, laisse entendre que «  c’est l’un des chantiers qui fera sans doute l’objet d’une recommandation lors de cet atelier. »

Des résultats attendus

Grace aux 11 exposés développés et surtout à la présentation de l’ensemble de textes relatifs aux règles communes applicables dans le secteur, les 280 participants aux deux séries d’ activités,  disposent désormais de toutes les innovations majeures des règles communes, leurs subtilités et leurs implications. Ils ont également, une compréhension partagée et harmonisée des grands aspects  des règles communes, du dispositif de contrôle et de régulation de leurs marchés. Par ailleurs, ils identifient nettement mieux les dispositifs de passation de marchés par chaque entreprise publique et des difficultés de mise  en œuvre des dispositions du décret n° 2018/355 du 12 juin 2018 fixant les règles communes applicables aux entreprise publiques.

Oscar Abessolo

- Advertisement -spot_img
- Advertisement -spot_img

Articles récents