Cameroun – Retour de la paix dans le Nord-Ouest et le Sud-Ouest : Un accord de pourparlers signé au Canada.

À lire aussi

 

Le conseil d’administration d’Ambazonie, le Mouvement de libération du peuple africain et la Force de défense du sud du Cameroun, ainsi que le gouvernement intérimaire et l’équipe de la coalition Ambazonia, ont conclu un accord avec le gouvernement du Cameroun pour que le Canada ouvre des pourparlers de médiation pour une paix durable pour revenir à la  crise a frappé les régions du Nord-Ouest et du Sud-Ouest.

Dans une déclaration publiée le 20 janvier 2023,  par l’honorable canadienne Mélanie Joly, ministre des Affaires étrangères, il apparait en noir et blanc  que « le Canada se félicite de l’accord des parties pour entrer dans un processus visant à parvenir à une résolution globale, pacifique et politique du conflit. Les parties ont  a également convenu de former des comités techniques pour commencer les travaux sur les mesures de confiance ». Une  annonce qui arrive comme un soulagement pour lCameroun en général et pour  ces deux Régions qui ont appelé à la fin du conflit et à un dialogue sincère avec les dirigeants séparatistes à l’étranger.

En plus d’une sortie, le gouvernement du Cameroun a  souligné le fait que les groupes Ambazoniens à l’étranger augmentent chaque jour et  prétendent être légitimes. Une énorme pierre dans la chaussure si l’on s’en tient à  la confiance sans cesse grandissante  entre les parties.

Face aux multiples sollicitations l’invitant à faire le premier pas, le gouvernement camerounais n’est pas resté insensible. Selon  L’honorable Joly,  le Canada a accepté le mandat de faciliter ce processus, dans le cadre de  l’engagement de  promouvoir la paix et la sécurité et  faire progresser le soutien à la démocratie ainsi que celui  des  droits de la personne.  « Notre rôle reflète également l’engagement du Canada à travailler avec nos partenaires africains pour bâtir un avenir meilleur pour tous » a-t-elle laissée entendre.

Des faits incontestables néfastes

Depuis 2017, pas moins de 6 000 personnes ont perdu la vie, 800 000 personnes ont été déplacées à cause de la crise et 600 000 enfants n’ont pas accès à l’éducation. Une situation qui forme le socle des importants pourparlers qui viseront à  trouver un terme à la crise qui dure depuis six ans.

Ce que l’on appelle aujourd’hui la quête d’indépendance d’Ambazonie a en effet, commencé comme une grève professionnelle pour les enseignants et les avocats et s’est transformé en une demande de Fédération et plus tard, des extrémistes milité  pour  une indépendance de  l’ancien territoire sous tutelle du Cameroun britannique.

Le conflit armé dans les régions du Nord-Ouest et du Sud-Ouest a causé des dommages incalculables à la vie et aux biens des habitants, avec de fréquents barrages routiers, des coups de feu, des villes fantômes et des fermetures.

A Bamenda, les armes se sont tues pendant un certain temps mais rien que cette semaine, au moins trois personnes ont perdu la vie.  Deux d’entre les  élus locaux d’Elections Cameroon et un homme d’affaires.

Le communiqué de l’honorable Joly conclut que c’est l’espoir de tous, que les factions d’Ambazonia puissent se joindre à la queue.  Ceci pour insuffler confiance, espoir et confiance. Il incombera à chaque partie d’enterrer la fierté et de veiller à ce que les régions du Nord-Ouest et du Sud-Ouest, autrefois aimantes et vivables, jouissent à nouveau de la paix.

O.A

- Advertisement -spot_img
- Advertisement -spot_img

Articles récents