Cameroun – Taxi à la demande: Yango s’accorde avec les syndicats des transports.

À lire aussi


La Direction de la plateforme numérique internationale a également pris langue avec le gouvernement camerounais pour dissiper tout malentendu.

Le service de covoiturage qui a lancé au Cameroun en novembre 2021 ses activités innovantes, poursuit son bonhomme de chemin. La décision du ministre des transports datée le 06 février 2023 demandant aux transporteurs camerounais de suspendre l’utilisation des plateformes numériques, est née d’un malentendu qui est en train d’être réglé entre Yango et le gouvernement camerounais. C’est pour cette raison que les activités de Yango ne sont pas suspendues au Cameroun.

Toujours dans le but de résoudre tous les désaccords,  les dirigeants de la plateforme numérique internationale ont rencontré à Yaoundé ce mercredi 15 février 2023 leurs partenaires au Cameroun.

A l’issue des échanges quelquefois houleux, toutes les parties se sont accordées sur les modalités d’une collaboration pérenne.

«Nous avons discuté sur nos doléances, nous sommes tombés d’accord sur le système que Yango doit suivre au Cameroun, en respectant les lois qui régissent le transport en taxi au Cameroun. Bien sûr Yango apporte la modernité, mais la modernité doit fonctionner dans un contexte apaisé. Vous savez, même si vous faites le transport avec le vélo, vous devez avoir une licence de transport, une carte de transport public. Dans tous les pays il y a deux types de taxi. Le taxi ordinaire et le taxi course. Mais le Cameroun est resté trop en arrière, nous sommes restés dans le système de taxi ordinaire archaïque. Il faut un changement, et c’est ce que Yango apporte. Maintenant que nous nous sommes accordés, on va évoluer ensemble. Ce qui nous a tellement plu, c’est que Yango s’est engagé à financer le renforcement des capacités des chauffeurs des transports routiers » a déclaré le président SAMEN, représentant des syndicats des transports.

« Je suis très heureux d’être ici pour signer cette convention avec les syndicats  et partenaires commerciaux au Cameroun. Cette concrétisation sur cet accord montre la volonté de  Yango de pouvoir contribuer à l’amélioration du secteur du transport, contribuant à l’écosystème actuel, afin qu’on puisse apporter une valeur ajoutée à l’écosystème de transport. Nous sommes en communication continue avec les différentes entités publiques. On a eu des réponses très positives des entités publiques. Je les remercie de tous leurs conseils. Ils nous ont mis sur la bonne voie. Yango est là pour s’aligner avec la réglementation locale » a expliqué M. Rachid, chargé des relations gouvernementales de Yango.

M. RACHID

À propos de Yango, Yandex.Taxi et Yandex

Yango est un service de covoiturage. Il est fourni par Yandex.Taxi, un groupe international de sociétés qui exploite des sociétés de mobilité et de livraison depuis 2011 dans 21 pays de la région EMEA sous les marques Yandex Go, Yango et Uber Russie. D’ici 2021, plus de 2 millions de chauffeurs ont fait leurs achats et livrés dans les pays où les services Yandex.Taxi opèrent.

Yandex.Taxi, dont le siège est aux Pays-Bas, fait partie de Yandex (NASDAQ et MOEX : YNDX), une entreprise technologique qui crée des produits et services intelligents grâce à l’apprentissage automatique. L’objectif est d’aider les consommateurs et les entreprises à mieux naviguer dans le monde en ligne et hors ligne. Depuis 1997, il fournit des services de recherche et d’information de classe mondiale et pertinents au niveau local. En outre, elle a développé des services de transport à la demande, des produits de navigation et d’autres applications mobiles pour des millions de consommateurs. Yandex, avec plus de 30 bureaux et 5 centres de données dans le monde, est coté au NASDAQ depuis 2011.

En 2017, Yandex et Uber ont signé un accord pour fusionner leurs activités et opérations de covoiturage et de technologie alimentaire en Russie et dans plusieurs pays voisins. La fusion a été finalisée en février 2018. Environ 59 % de la société néerlandaise consolidée MLU BV est détenue par Yandex et environ 37 % par Uber ; le reste vient des employés. Dans les pays en dehors du champ d’application de l’accord, dont la Norvège, Yandex et Uber sont toujours en concurrence.

Depuis le quatrième trimestre 2018, l’activité de covoiturage de Yandex.Taxi est rentable dans toutes les zones géographiques malgré la pandémie. En 2020, les revenus des segments du covoiturage et de la technologie alimentaire ont dépassé 800 millions de dollars, représentant 30% de tous les revenus de Yandex.

- Advertisement -spot_img
- Advertisement -spot_img

Articles récents