Cameroun – Traitement des actes de fin de carrières des agents publics : Les acteurs de la chaine à l’école de l’automatisation

À lire aussi

Règles et méthodes de calcul  étaient au centre de l’atelier de formation qu’organisait le ministère de la fonction publique et de la réforme administrative les 18 et 19 octobre 2022 à Yaoundé.

Bien qu’accordant foncièrement du repos aux travailleurs, la retraite n’est pas toujours la bienvenue chez ces derniers. Au Cameroun elle est à la limite perçue comme une frustration tant, la prise en solde des retraités représente un parcours de combattant souvent étendu sur des années. C’est dans le désir d’apporter un changement à ce paradigme et mettre fin au goulot d’étranglement ici  présent,  que le ministère de la fonction publique et de la réforme administrative sous la houlette de Joseph Le,  a pris sur lui d’outiller  les acteurs intervenant dans le processus de traitement des actes de fin de carrières des agents publics.

Tenu sous le thème « autorisation du traitement des actes de carrière : enjeux défis et perspectives pour un accompagnement serein des agents publics arrivés au terme de leur carrière », cet  atelier  va en droite ligne  avec le  processus de modernisation publique camerounaise dont le chantier a été ouvert il y a quelques années. S’inscrivant dans la  continuité de ceux des 23 aout, 27 et 28 septembre, il  vise non seulement  à équiper    tous les responsables chargés des ressources humaines dans les administrations  mais aussi à  leurs rappeler les principes de base qui sont contenus  dans le statut général de la fonction publique, et  surtout dans le décret N°2012/079  du 9 mars 2012 qui  porte déconcentration de la gestion des ressources humaines de l’Etat.

Pour une action parfaite, les réflexions ont été centrées sur trois sous thèmes en forme d’exposés. Ce sont  notamment, le  cadre  juridique du traitement des dossiers de retraite et de liquidation des droits ;  celui du traitement des dossiers de pension et de rentes viagères, ainsi que  la présentation du guide pratique pour la retraite et la liquidation des droits qui devait  insister  sur les outils de facilitation et de simplification du traitement des dossiers de fin carrière.

Selon Joseph Le, il est question ici,  d’automatiser  les départs à la retraite, « nous voulons que celui qui va  à la retraite en décembre 2022, soit  sensibilisé dès 2021, deuxièmement il faut qu’il reçoive  sa pension retraite  en janvier 2023. Cela est faisable,  ce n’est pas de la magie » a souligné le minfopra avant de renchérir qu’il est question de penser à toutes les personnes qui ont travaillé pour d’arrache pieds pour la nation.

Oscar Abessolo

- Advertisement -spot_img
- Advertisement -spot_img

Articles récents