Cameroun – Tribune libre: Maurice Foyet : reflets d’une passion pour Paul et Chantal Biya

À lire aussi


Au Cameroun, le président Paul Biya est considéré à raison comme le père de la Nation. Le 6 novembre 1982, à la suite du départ de son prédécesseur, les personnes présentes à l’aéroport de Yaoundé posent sur le nouveau président des regards à la fois admiratifs et respectueux des dernières consignes du président Ahmadou Ahidjo : « J’invite toutes les Camerounaises et tous les Camerounais à accorder, sans réserve, leur confiance et à apporter leur concours à mon successeur constitutionnel M. Paul Biya. Il mérite la confiance de tous, à l’intérieur et à l’extérieur ».

En ce moment, grâce aux ondes de la Radio nationale, le petit Maurice Foyet, 11 ans, suit attentivement les profondes mutations au sommet de l’Etat. A cette époque, c’est d’ailleurs le seul canal d’informations pour toute la Nation. Sur le trajet le conduisant à la plantation de son père, il prenait constamment les premiers pas du nouveau président de la République. Son engouement pour la maîtrise des discours  et des messages du chef de l’Etat s’intensifie à partir de 1984, année où il rejoint la ville afin de poursuivre ses études secondaires.

Le jeune Maurice Foyet côtoie autorités administratives et politiques auprès desquelles il prend connaissance de l’ouvrage culte du président Paul Biya : « Pour le Libéralisme Communautaire ». Très vite, il se fait une idée plus précise sur la pensée politique de l’homme qu’il découvre quelques années plus tôt grâce à la magie des ondes. Avec l’avènement de la télévision nationale, le directeur de la publication du Magazine Dream Africa se fit une idée complète de son idole. Mieux, il épouse certains de ses traits.

« Depuis plus d’une trentaine d’années, il voue une admiration inoxydable au chef de l’Etat et à la première dame du Cameroun, au point où ses amis d’enfance l’appellent fils  du président », témoigne son ami d’enfance. « Pour la petite histoire, à la veille d’une édition de la Fête de la Jeunesse, mon proviseur m’avait fait réciter certains propos du chef de l’Etat sur son concept : Rigueur et la Moralisation », confie Maurice Foyet, président du Bureau exécutif du Réseau panafricain des hommes de médias et des acteurs de la communication pour la paix et le développement.

En plus des grandes lignes de cette boussole de la politique du Renouveau, Maurice Foyet s’adapte à toutes les orientations du discours du président Paul Biya, qui, lui-même subit l’influence de l’avènement des libertés portées par le multipartisme et le vent de renouvellement de la classe politique en Afrique dans les années 1990. L’heureux aboutissement du conflit frontalier sur la presqu’île de Bakassi avec le Nigéria, fruit de la diplomatie du président de la République du Cameroun, finit par convaincre Maurice Foyet que son idole est réellement « un mendiant de la paix ».

Un statut que le président Paul Biya assumera, quelques années plus tard, du haut de la tribune de la 72e Assemblée générale des Nations unies. En guise d’hommage majuscule à l’Homme du 6 novembre 1982, Maurice Foyet a entrepris, depuis quelques années, la rédaction de deux importants ouvrages. D’abord, « PAUL BIYA : LA PAIX, MON CREDO », rend un vibrant hommage au chantre de la paix, à l’apôtre de l’apaisement, à l’homme d’État exceptionnel, au sage panafricain consulté et écouté en Afrique et au-delà.

C’est un devoir de mémoire et de justice à l’endroit du président de la République du Cameroun, Paul Biya, qui de par son doigté et sa détermination à faire confiance à la justice internationale, a donné une leçon de paix digne d’être enseignée dans les grandes académies du monde en matière de résolution de conflits. Ensuite, « CHANTAL BIYA, UN EXEMPLE MONDIAL ». Cet ouvrage exalte l’engagement humanitaire de la première dame du Cameroun. Ambassadrice de Bonne Volonté de l’UNESCO et Ambassadrice spéciale de l’ONUSIDA, elle  a fait don de soi pour les âmes meurtries et pour les causes sociales. Elle  incarne l’espoir et l’espérance pour les affligées. 

Joël Anicet Mbong Mfoumou

- Advertisement -spot_img
- Advertisement -spot_img

Articles récents