Football: Gianni Infantino est devenu président de la FIFA en 2016

À lire aussi

Six ans plus tard, à la veille de sa deuxième Coupe du Monde de la FIFA™ en tant que président, Gianni Infantino parle de son parcours et de sa passion pour le football.

00:00

Gianni Infantino, président de la FIFA (EN), sur l’importance des fans lors d’une coupe du monde.

« Partout où les fans allaient au stade, allaient voir un match [ils] ressentent tous la même chose. C’est un moment que vous passez dans une communauté avec d’autres personnes. C’est un moment où vous pouvez laisser libre cours à vos émotions. Les supporters sont vraiment le cœur du jeu. Sans eux, il n’y aurait pas de football. Et le fait que lorsque vous êtes sur le terrain en tant que joueur, lorsque vous êtes dans les tribunes en tant que supporter, vous ressentez exactement la même chose. Il y a quelque chose qui est particulièrement unique à notre sport. »

00:45

*Gianni Infantino, Président de la FIFA (EN), à propos de sa passion pour le football*

La passion pour le football a commencé quand j’étais enfant. Bien sûr, je me souviens : avoir tapé dans un ballon avec des amis ; avoir commencé à jouer dans l’équipe de football locale, qui avait des maillots jaunes, dans ma ville natale en Suisse, à Brigue, où je suis né ; avoir joué, qu’il neige, qu’il pleuve ou que le soleil brille dehors ; et aussi, bien sûr, en raison de mes talents de footballeur très légendaires, je me souviens aussi de quelques fenêtres cassées ici et là – mes parents n’étaient pas très contents de cela – et de quelques portes de garage qui ont souffert aussi, assez souvent. Ce sont de beaux souvenirs, mais ce fait de jouer ensemble, d’être avec ses amis, est quelque chose qui fait vraiment partie de l’ADN du football, et c’est fantastique. Je suis le fils d’immigrés italiens en Suisse, et le football était aussi un moyen, certainement, d’interagir, de s’intégrer à la communauté locale. D’un côté, nous avions, bien sûr, les Italiens qui jouaient ensemble contre les Suisses, mais nous jouions aussi ensemble avec les Suisses et ceux d’autres nationalités. C’est donc une façon de se rassembler, de s’intégrer, et cette façon de le faire par le biais du football est quelque chose qui est, je pense, vraiment unique. C’était certainement unique pour moi et pour beaucoup, beaucoup de gens, j’en suis sûr, dans le monde entier. »

02:26

Gianni Infantino, Président de la FIFA (EN)

« Vous savez, quand vous êtes passionné de football, comme moi, mais que vous êtes droitier et que vous avez deux pieds gauches, vous devez trouver d’autres moyens, bien sûr, pour vous impliquer dans le jeu. J’ai donc commencé très jeune à organiser des matchs, à organiser les équipes, à rassembler les équipes, à organiser des événements et des tournois. J’ai organisé mon premier tournoi de football quand j’avais peut-être dix ou onze ans. Nous organisions des matchs internationaux tous les week-ends, car nous étions les Italiens jouant contre les Suisses, ou les Yougoslaves contre les Portugais ou contre les Espagnols. En jouant au football, vous rassemblez les gens. J’ai donc probablement pu combiner ces valeurs clés avec la passion et la joie pour un jeu qui rassemble les gens. Et tout au long de ma vie, cela a été le fils rouge [le thème commun] que je suis toujours. »

03:26

Gianni Infantino, Président de la FIFA (EN)

« Les gens ont tendance à dire – ceux qui me connaissent – que je suis un travailleur acharné, je ne pense pas que ce soit vrai parce qu’en fait je ne travaille pas du tout. Je vis ma passion et quand vous vivez votre passion, bien sûr, vous ne comptez pas les heures, les jours, les nuits, les voyages ou quoi que ce soit d’autre. Mais ce qui est plus important que cela – et c’est quelque chose que j’ai découvert après être devenu président, j’ai voyagé dans le monde entier – c’est que grâce au football, vous pouvez vraiment changer la vie de tant de gens. Pas seulement ceux qui deviennent des stars mondiales. Mais simplement des hommes et des femmes, et de plus en plus de filles dans le monde entier, qui, en jouant au football, atteignent un niveau différent d’estime, d’estime de soi, de dignité, de positionnement dans leur société. Et c’est quelque chose qui n’a vraiment pas de prix. Nous sommes tous pareils, n’est-ce pas ? Nous sommes tous des êtres humains – c’est en fait l’une des valeurs et des leçons du football. Et nous devons toujours nous rappeler d’où nous venons. Il y a une grande chose dans le football, et pour moi c’est la leçon la plus importante que l’on apprend avec le football. On apprend beaucoup de choses : l’esprit d’équipe, on ne gagne qu’en équipe, on respecte les règles, on respecte l’arbitre, mais il y a un élément crucial dans le football, c’est que lorsqu’on gagne un match, on est heureux, on sourit.  Que vous gagniez la Coupe du monde ou que vous gagniez un match entre amis, vous souriez, vous allez au travail heureux, vous allez à l’école heureux. Vous êtes heureux jusqu’à quand ? Jusqu’au prochain match. En revanche, lorsque vous perdez un match, vous êtes triste, vous êtes en colère. Mais vous êtes triste et en colère pendant une heure, quelques heures, peut-être une journée. . Et après vous commencez à penser au week-end suivant, quand vous aurez le prochain match, et comment vous allez gagner ce match. Donc, je pense qu’en tant qu’enfant, vous commencez déjà à apprendre que lorsque vous vous relevez de chaque défaite, vous relevez le prochain défi. Cela vous apprend la résilience et à croire en vous, à croire en la communauté également, en vos coéquipiers et à relever le prochain défi, toujours. Après une défaite, vous devez toujours vous relever et relever le prochain défi. »

06:08

*Gianni Infantino, Président de la FIFA (EN), à propos des stades de la Coupe du monde au Qatar*

« En ce qui concerne les stades de la Coupe du monde ici au Qatar, [il y a] huit stades ultramodernes. Je veux dire, l’un est plus beau que l’autre – c’est vraiment difficile de choisir et d’en sélectionner un. Bien sûr, le stade Lusail [Iconic], où se déroulera la finale, est spécial. Le stade Al Bayt, où se déroulera le match d’ouverture, a également la forme d’une tente, d’une tente arabe, et est extrêmement beau. Le stade dans lequel nous nous trouvons est appelé le stade 974 parce qu’il a été construit avec 974 conteneurs. Après la Coupe du monde, les conteneurs seront fermés et l’ensemble du stade sera expédié ailleurs. Cela fait partie de l’héritage de cette Coupe du monde, de la durabilité de la Coupe du monde, de l’attention portée à l’environnement et de la volonté de ne pas construire des éléphants blancs qui ne seront plus utilisés par la suite. Ce stade sera réutilisé ailleurs dans le monde. Et ce sera une Coupe du monde assez unique, parce que c’est une Coupe du monde très compacte avec huit stades sur 50 kilomètres. Vous pouvez regarder plus d’un match par jour, ce qui, encore une fois, est unique, cela n’est jamais arrivé dans aucune Coupe du monde et cela n’arrivera pas non plus à l’avenir, car tout se passe ici, dans un petit pays au grand cœur. »

- Advertisement -spot_img
- Advertisement -spot_img

Articles récents