Le billet de la semaine: SCANDALE DE CORRUPTION DANS LE SECTEUR PÉTROLIER : GLENCORE A-T-ELLE « FERME LA BOUCHE » A TOUT LE MONDE AU CAMEROUN ?

À lire aussi

  · 

Depuis que la presse américaine et anglaise a révélé que le géant pétrolier suisse Glencore, a corrompu des hauts responsables camerounais, particulièrement a la Snh et a la Sonara pour obtenir des concessions pétrolières au Cameroun, cette dernière est au centre d’un tourbillon médiatique qui suscite indignation et consternation de nombreux acteurs politiques et sociaux. Un bouillonnement face auquel le gouvernement est reste jusqu’ici curieusement silencieux. Un silence d’autant plus intrigant que

que d’autres nations touchées par ces dénonciations se sont depuis levées pour défendre leurs droits et leur réputation.

Face à une attitude aussi déshonorante, certains acteurs de la scène politique et sociale se sont levés pour s’interroger sur une curieuse attitude. C’est d’abord le député Jean-Michel Nintcheu, qui s’est interrogé ouvertement : « Pourquoi le gouvernement camerounais est-il si réticent à demander justice? Les citoyens méritent de connaître la vérité sur la gestion de leurs ressources. »

C’est ensuite l’ancien, Me Bâtonnier Akere Muna, membre fondateur de Transparency Inrternational, et premier président de la section camerounaise de cet organisme, par conséquent figure emblématique de la lutte contre la corruption au Cameroun, qui n’a pas hésité à prendre des risques personnels, en saisissant la Présidence de la République, la justice et la Direction générale des Impôts afin que la lumière soit faite dans cette affaire. Une action dont l’opportunité et le courage sont globalement salués dans tout le pays. « C’est un homme qui a le courage de ses convictions, » reconnait l’Honorable Nintcheu.

Mais comme si c’est le bâtonnier Muna qui leur a révélé l’affaire, les services publics ainsi saisis se contentent jusqu’ici de la convoquer et de lui demander de donner plus d’éclaircissements sur l’affaire, comme si l’énorme scandale de la révélation faite par les justices américaine et anglaise ne suffisait pas pour les amener à se saisir spontanément du dossier. Plus, on a l’impression qu’ils tentent de donner une dimension personnelle à l’action du bâtonnier Muna afin de justifier leur dessaisissement sous le prétexte qu’il n’a aucun intérêt personnel dans l’affaire.

On en déduit, comme le rappelle l’Honorable Nintcheu, que la loi de 2018 portant code de transparence et de bonne gouvernance, qui garantit la gestion transparente des ressources publiques au Cameroun est dans le cas d’espèce délibérément négligée.

Car on se demande pourquoi Glencore qui plaide coupable dans d’autres juridictions, n’est pas convoqué par les pouvoirs publics devant la justice camerounaise pour donner plus de lumière sur ce scandale. Tous les Camerounais se posent cette question.

E. FOPOUSSI FOTSO

- Advertisement -spot_img
- Advertisement -spot_img

Articles récents