Programmation Budgétaire 2024-2026 : le Cameroun prépare son  Programme d’Investissement Prioritaire (PIP) 

À lire aussi

C’est à la faveur des  Conférences Élargies de Programmation Budgétaire et de la Performance  Associée,  qui se déroulent   du 16 au 25 août 2023, sous l’égide du Minepat et du Minfi.  Sont concernés,   les organes constitutionnels, les départements ministériels, les partenaires techniques et financiers ainsi  que les acteurs de la société civile.

Défini comme la  programmation des projets prioritaires du Gouvernement sur une période de trois (03) ans, le Programme d’Investissement Prioritaire (PIP) encadre l’activité économique du pays. Celui du triennat   2024-2026 se prépare dans  un contexte macroéconomique difficile marqué par de fortes contraintes budgétaires consécutives aux chocs exogènes et endogènes qui continuent d’affecter les Finances Publiques de l’Etat.  S’il essaye tant bien que mal de résister à ces différents chocs malgré  un taux de croissance 2023 projeté à 3,8%, le Cameroun devra surtout,  tout mettre en œuvre,  pour maintenir au vert les voyants de sa croissance économique.

 

En organisant donc les Conférences Élargies de Programmation Budgétaire et de la Performance Associées (CEPS-PA), session 2023, le Minepat et le  Minfi entendaient examiner et affiner la programmation 2024-2026 des dépenses des administrations publiques, et la performance susceptible d’en découler. Pour y parvenir, le conclave devra au cours des 10 jours,   examiner les Cadres de Dépenses à Moyen Terme dits ajustés de ces entités à la lumière des orientations stratégiques du Premier Ministre Chef du Gouvernement,  ainsi que des recommandations issues du Débat d’Orientation Budgétaire.

 

Les travaux déboucheront sur la  présentation du  PIP 2024-2026 en insistant sur ses spécificités. En effet, quatrième du genre depuis l’entrée en vigueur de la SND30, ce PIP exprime des besoins en investissements  à hauteur de  5,5 mil milliards de FCFA,  pour la poursuite et l’achèvement de 357 projets. Ouvrant  la page à un nouveau triennat, il  aura pour objectifs majeurs d’améliorer l’impact de l’investissement public;  renforcer la préparation et la priorisation des projets au sein des administrations; limiter la pratique du saupoudrage au regard du nombre élevé des projets et programmes en cours d’exécution; renforcer la cohérence du portefeuille des projets d’investissement public du Gouvernement, en relation avec la Stratégie Nationale de Développement.

 

Selon des informations tirées à bonne sources, ce cadre induit une attention particulière du Gouvernement, en termes de suivi de la mise en œuvre des projets qui y sont retenus, à la fois : sur le plan budgétaire, à travers une allocation optimale de ressources, en vue de leur mise en œuvre efficace, mais aussi, sur le plan de l’exécution, afin de s’assurer de l’effectivité des réalisations, et lever en temps réel les entraves à la bonne réalisation des projets.

 

A cet effet, ces principales orientations s’inscrivent dans la continuité de celles du PIP 2023-2025,  qui exprimait un besoin de 4526 milliards de FCFA avec pour fil d’Ariane l’achèvement de 474 projets. Ce sont notamment « l’achèvement de tous les projets en cours et la finalisation de l’ensemble des modalités de mise en service intégrale des infrastructures issues des grands projets de 1ère génération », et ; «l’Intensification de la Promotion du secteur industriel et la mise en œuvre cohérente des grands projets de deuxième génération ».

Selon Paul Tasong,  le ministre délégué auprès du ministre de l’économie, de la planification et de l’aménagement du territoire, il sera question de « la  poursuite du programme de protection social du Président de la République  notamment , la poursuite de la mise en œuvre du programme des filets sociaux qui a pour objectifs d’accompagner les plus vulnérables. Il y a le programme Couverture Santé Universelle  (…), la reconstruction des régions en crise etc. ».

 

 Il est à noter que ces objectifs reprennent la considération clé numéro 3 de la SND30, et une des actions spécifiques du gouvernement, envisagées au cours des trois premières années de la stratégie nationale, afin d’asseoir les fondamentaux devant favoriser une croissance forte et durable. Une  démarche qui  permettra in fine de traduire dans les faits,  le discours sur l’achèvement des grands projets de première génération comme priorité du Gouvernement et de bénéficier plus rapidement des effets d’entrainement de ces importants projets. Plus encore, elle permettra de sortir les anciens projets des portefeuilles ministériels, dégageant de fait, de l’espace budgétaire pour favoriser le lancement et la mise en œuvre des nouveaux projets de la SND30.

 

Oscar Abessolo

- Advertisement -spot_img
- Advertisement -spot_img

Articles récents