Renforcement des Capacités  des agents publics : Joseph Le plaide pour une expertise à l’international

À lire aussi

La requête  du  ministre camerounais de la fonction publique et de la Réforme Administrative a été reçue le 22 mai 2023,  au cours des travaux de la 58ème session du CAFRAD_Centre Africain de Formation et de Recherche Administratives à Rabat au Maroc.  

Le Cameroun est résolument tourné vers son émergence à l’horizon 2035. Une vision portée par son  Président  et qui nécessite la mise à disposition,  d’un ensemble d’éléments répondant aux exigences du développement à l’instar d’une fonction publique qualitative. Engagée dans la numérisation et la modernisation de l’administration publique depuis quelques années, le pays des lions indomptables n’hésite pas à solliciter l’aide de ses amis et partenaires.

En prenant part aux travaux de cette 58ème session  du Centre Africain de Formation et de Recherche Administratives pour le  Développement, Joseph Le  s’inscrivait  ainsi dans la continuité.   Les travaux présidés par le Dr. Ghita Mezzour, Ministre Déléguée auprès du Chef du Gouvernement, Chargée de la Transition Numérique et de la Réforme de l’Administration au sein du Gouvernement Marocain  ont donné l’occasion  au ministre de la Fonction Publique et de la Réforme Administrative,  d’exprimer les besoins de capacitation des agents publics camerounais.

En effet, le chef de la délégation camerounaise à ces travaux  a d’emblée souhaité que  l’organisation intergouvernementale panafricaine puisse organiser des séances de renforcement des capacités des agents publics au Cameroun avec pour objectif majeur d’arrimer les concernés  de diverses administrations  au  standard international, afin de booster sa modernisation telle que prescrite par le Président de la République. Proposant la tenue en présentielle ou en visioconférence, Joseph Le a laissé entendre que lesdites séances pourraient être faites au Cameroun ou encore au Maroc.

Si la requête du minfopra n’est pas passée inaperçue, il convient de noter qu’elle a été saluée par les autres Etats membres qui ont émis les mêmes souhaits. Selon des informations tirées à bonne source, il s’agit  notamment de la République Centrafricaine (RCA), la République Démocratique du Congo ( RDC), le Burkina Faso pour ne citer que ceux-là….

Au-delà de ce plaidoyer camerounais, les travaux de Rabat, centrés sur 12 points à l’ordre du jour,  ont permis de faire un état sur la question des contributions des 36 États membres. A  cet effet, le Ministre de la Fonction Publique et de la Réforme Administrative du Cameroun, a mentionné que malgré les difficultés de trésorerie dues à la pandémie du Covid 19, le Cameroun est sur le point de régler sa contribution pour le compte de l’année 2023.  Un devoir moral tant le pays sait qu’il est membre fondateur et jouit du privilège d’occuper la fonction de Directeur Général de l’institution.

 Oscar Abessolo

- Advertisement -spot_img
- Advertisement -spot_img

Articles récents